Skip to content

Restauration scolaire : précisions

Pour continuer de s’adapter à la situation sanitaire ainsi qu’aux exigences du protocole imposé pour les temps scolaires et périscolaires, la Ville de Bernay a fait appel, depuis quelques semaines, à la participation volontaire des familles qui pourraient garder leurs enfants sur le temps de la pause méridienne.

Le non-brassage imposé par le niveau 3 du protocole impose de renforcer l’encadrement à une personne par classe, y compris sur le temps du midi. Si cette organisation est facilitée, en maternelle, par la présence d’une ATSEM par classe, elle est plus complexe en élémentaire. En tout, il faut 19 agents chaque midi en élémentaire dont au moins 3 agents en provenance de différents services pour renfort… quand il n’y a pas davantage d’absents. Car les agents sont, eux aussi, impactés à un moment ou un autre par le COVID : soit parce qu’ils sont positifs ou cas contacts, parce qu’ils doivent prendre une journée le temps que leurs enfants soient testés et puissent retourner en classe…

> Une solution temporaire et non-obligatoire

Afin de se donner un peu d’air dans cette gestion en flux tendu et, surtout, faciliter le respect du protocole sanitaire, la Ville de Bernay a pris la décision, de proposer sur la base du volontariat, aux familles dont les parents ne travaillent pas ou qui sont en télétravail, de bien vouloir récupérer leurs enfants sur ces temps de pause méridienne. Cette proposition devrait s’arrêter au retour des vacances scolaires de février puisque le Premier Ministre, dans sa dernière allocution, a annoncé un allègement du protocole sanitaire à cette date.

> Bon sens et adaptation

Cette proposition non obligatoire ne vise pas à exclure qui que ce soit, ce qui serait illégal. Les familles qui en ont fait la demande auprès du Guichet Famille ou qui ont des conditions particulières (handicap, formations professionnelles en cours…) restent intégrées au service de restauration. Enfin, les enfants du PRE (2 en maternelle et 6 en élémentaire) sont aussi intégrés d’office. Face à une situation aussi complexe, d’autres collectivités, telles que Saint-Etienne du Rouvray, ont également pris la même décision que Bernay.

Aussi, pour l’heure, cette mesure de protection pour les familles, les enfants mais aussi les agents, a permis de baisser le nombre de repas entre 80 et 100 par jour (fréquentation habituelle : 540 enfants contre environ 450 enfants en moyenne en semaine 3). Ce qui a réellement permis de renforcer la distanciation physique des enfants lors des repas grâce aux effectifs moindres. Comme depuis le début de la crise sanitaire, la Ville de Bernay continue de s’adapter de manière pragmatique, responsable et transparente, dans le but de maintenir le service public.

Partagez cet article :